#main-footer { display:none; } #footer-bottom { display:none !important; }
Sélectionner une page

Soutenez les champagnes Bio de vignerons ! 

 

5 milliards d'euros. 300 millions de bouteilles vendues. Quand même. Même si depuis quelques années les ventes de champagne diminuent, les chiffres restent impressionnants. Depuis la pandémie, cette baisse s’est nettement accélérée, avec des conséquences préoccupantes pour les petits producteurs. Mais que se passe-t-il ?

  1. Le champagne est lié à la fête, et on fait moins la fête, partout dans le monde, merci COVID- 19.
  2. Plus que jamais, le champagne est sérieusement concurrencé par le prosecco italien, les cava espagnols, les crémants, pétillants et pet-nats, dont certains sont aussi bons voire meilleurs !
  3. La Champagne reste un des vignobles français où la chimie règne en maître, avec la Charente et le Bordelais. Les deux tiers du chiffre d’affaires 2019 (voir ci-dessus) ont été réalisés par seulement 5 Groupes dont le chiffre d’affaires "Champagne" dépasse 150 millions d’euros. De plus en plus de personnes se détournent de ce style de production “industrielle”.

 

Chez Un Verre de Nature, on adore les champagnes de vignerons bio et en biodynamie. Ils ne représentent qu’une partie infime des surfaces de l’appelation, soit environ 3%. Au total, on recense environ 185 domaines en bio ou en conversion bio, contre un total de 16 100 domaines et 360 Maisons en Champagne !

Pourquoi cette passion pour les producteurs de champagne bio et en biodynamie ? Pour moi c’est une évidence:

  • Ils sont super courageux. Ils travaillent leurs vignes avec une attention constante et doivent subir les aléas climatiques (gel, grêle, sécheresse et grillure), les poussées de mildiou et d’oïdium, et les voisins en conventionnel qui pulvérisent leurs premiers rangs de vignes situées à côté de leurs parcelles. Comme ils ne vinifient que leurs propres raisins, s’ils perdent une partie de leur récolte c’est grave.
  • Ils sont super talentueux. Pour eux la qualité du raisin c’est primordial alors ils les bichonnent comme personne. A la cave, ils vinifient souvent chaque parcelle séparément pour mieux révéler le terroir.  Parfois ils séparent les différentes presses pour les vinifier idividuellement en cuve, en fût, en demi-muids… Bref c’est un travail d’orfèvre.
  • Ils sont tenaces.  En effet, la certification d’un champagne biologique s’obtient après 4 ans de conversion plus 2 ans de vinification imposées par l’appellation. Ainsi, un domaine démarrant une conversion en 2019 ne peut apposer un label AB qu’en 2024 ! Cela suppose un véritable engagement pour le vigneron, bien plus que dans les autres appellations.
  • Ils sont attachants. Ils ont chacun une histoire, leur aventure est souvent familiale. Que ce soit explorer les parcelles avec Vincent Charlot, discuter labour/non-labour avec Thomas Perseval, écouter Olivier Horiot et Charlotte Bourgeois expliquer les différences de leurs cuvées, ou essayer de comprendre les vinifications avec Aurélie Barrat, ce sont à chaque fois des moments d’échanges formidables. Et toutes les personnes que je viens de citer sont juste super gentilles. On est loin, très loin de l’accueil standardisé – voire un peu hautain – des grandes maisons.

Vous avez compris, il est grand temps de résister aux sirènes du marketing avec leurs magnifiques packagings. De belles découvertes sensorielles vous attendent hors des sentiers battus.

Cependant il y a juste un petit bémol concernant une majorité de ces champagnes. Pour en profiter pleinement, l faut les déguster comme des grands vins “tranquilles”, c’est-à-dire non effervescents. Comme si vous dégustiez un Puligny Montrachet par exemple.

Voici les règles de base:

  • Ne pas les servir trop froids, entre 10et 12°C c’est parfait.
  • Les ouvrir une bonne heure avant (non les bulles ne partiront pas), mais investissez dans un bon bouchon à double clapet.
  • Les servir dans des verres à vin classiques. Exit les coupes et les flûtes, je sais c’est joli mais c’est loin d’être idéal pour la dégustation
  • Les servir à l’apéritif, avec du foie gras ou sur les fruits de mer, crustacés, poissons, tourtes, quiches, même des volailles. Jamais en dessert.

Et bien sûr, ces champagnes conviennent parfaitement pour fêter la Nouvelle Année, qui sera forcément meilleure que la précédente (on y croit) !

1 Commentaire

  1. Andre

    Pour moi le champagne est le vin par excellence! Apéro : un brut nature!
    Entrée : un blanc de blanc
    Repas : pinot noir et meunier
    Dessert : allez pourquoi pas un 100% meunier, cerise tte!

    Qu ils soient 100% bio ou pas il y a une personne ell variété en. Champagne! Allez y, goûtez!

    Un québécois qui paie très cher pour cette passion!

    Réponse

Laissez une réponse à Andre Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *